mercredi 5 novembre 2014

Revue de Presse : Rockyrama





Allez avant de foncer tête baissé dans cette revue de presse rock'nroll, je vous invite comme d'habite à faire tourner vos platines à travers différents choix musicaux afin de vous plonger dans l'univers Mook, Pop et Geek de Rockyrama, la revue de cinéma faite pour le cinéphiles et uniquement pour eux !

 
 


Comme vous le savez certainement (enfin j'espère pour vous), Rockyrama nous offre une belle surprise pour les fêtes de fin d'année avec la sortie surprise de leur  The Rockyrama videoclub ultimate club, l'occasion pour Explorers, de revenir sur le phénomène Rockyrama et de causer aussi de leurs derniers numéros consacrés à Stanley Kuckick encore en kiosque...Plus qu'une simple revue qui viserait à exciter la fanboy nostalgique d'une certaine forme de cinéma, Rockyrama a l'immense mérite de mettre en avant le cinéma dans sa dimension anthropologique entre faisant la jonction entre le film comme objet de consommation et de partage et l'art dans toute sa diversité. Explorers a donc interroger Johan Chiaramonte, grand Rockygourou de la revue pour en savoir plus sur cette aventure pop art en France.





Alors première question, Etes vous d'accord pour dire que la revue Rockyrama est un ovni dans le paysage des revues  de cinéma actuel?

 

Si vous le précisez c’est qu’on ne doit pas être loin de la vérité. Mais par leur ton, j’estime que l’excellente revue Schnock est notre cousin Franco-Français. Enfin une revue qui met en avant Daniel Prevost ou Jean Pierre Marielle ! C’est formidable. Bon moi je voudrais un numéro spécial « un singe en hiver », vous m’entendez Schnock ?! A moins que nous ne le fassions nous-même… Gabin me manque. So Film également propose une nouvelle grille de lecture de l’industrie cinématographique. Et même si on a pas aimé la couverture sur McTiernan, il faut bien reconnaitre qu’ils font un sacré travail depuis leur début, donc bravo.

 

Comment avez vous eu l'idée d'une revue sous cette forme et a t il été dure de convaincre des rédacteurs à participer à l'aventure ?

 

J’ai déjà eu l’occasion de le dire mais je suis un gros consommateur de revues et de journaux, français ou autres d’ailleurs. J’ai toujours rêvé de pouvoir « fabriquer » le mien, avec l’aide de précieux collaborateurs j’y suis parvenu.

 

D'où vient ce nom ?

 

Evidemment du personnage Rocky, qui évoque et la boxe et le peuple. Il y a chez lui une forme de combat qui vient « d’en bas » qui me plait, son ring c’est la rue. Un vrai héros prolétaire au départ. Et qui ne gagne pas dès son premier opus, la défaite est parfois plus romantique que la victoire. Le rama je l’ai ajouté pour donner un côté enfantin. Je lisais Pif tout petit, du coup je suis très attaché à ce côté « pour les enfants » dans ce que je fais. Même si évidemment la plupart des articles ne leur sont pas accessibles.



 

 

Le premier numéro (qui fait office de livre) a t-il été difficile à définir son ton sa chartre graphique ?

 

Le premier livre Rockyrama, qui traitait des 80’s, est venu d’une envie commune de rendre hommage à tout un pan de la culture US qui nous a façonné. Pour ce qui du rendu graphique, j’avais fais appel à plusieurs graphistes et illustrateurs. Aujourd’hui je changerai presque tout, mais bon il est comme ça, et c’est tant mieux finalement.

 

Était-il prévue dés le départ la mise en place d'une revue ?

 

Non, c’est venu avec le temps et les rencontres. Notamment par une amie qui m’a présenté Cédric Littardi, qui, que depuis le numéro en kiosque nous supporte et nous apporte tout le soutiens nécessaire pour réaliser chaque opus.







 

 
Je suppose que le style de la revue a ses défenseurs et ses détracteurs ? Certains vous reprochent de jouer la fibre nostalgique facile ? Pouvez nous dire quel objectif Rockyrama cherche à atteindre ?

 

Faire une revue aussi marquée dans son graphisme et dans on édito, est forcément clivant. C’est inévitable. D’autant plus que nous ne sommes pas parfaits, donc oui des fois on se mange des réflexions qui ne font pas plaisir. Mais c’est le 'game' comme on dit. On ne nous reproche pas la fibre nostalgique, et renier cette partie de notre édito c’est nous renier en somme. On l’accepte, mais nous ne sommes pas que cela. Notre objectif, aussi prétentieux qu’il soit, est de prendre un peu de temps, de recul. D’aller là ou les autres ne vont pas, ou plus. Il faut bien comprendre que nous ne nous plions à aucune des règles de la promotion et de l’actualité. C’est aussi un risque, on nous ferme beaucoup de portes pour des interviews par exemple. Temps pis. L’objectif c’est d’aller ailleurs, d’essayer d’apporter un autre point de vue. Des fois on réussit, des fois non. Mais tant qu’on pourra faire ce magazine, on ira dans cette direction.

 

Comment avez vous définit le look visuel ?

 

Si vous avez les 3 premiers numéros et les 2 derniers, qui sont graphiquement très différents, vous vous rendez compte que le visuel a évolué. C’est le fruit d’une longue réflexion et de beaucoup de recherches que j’ai mené avec Jean Granon, qui est l’autre moitié graphique de Rockyrama avec moi. C’est un allié précieux sans qui Rockyrama ne serait pas ce que vous avez entre les mains. Nous nous sommes documentés, et finalement Rockyrama est un beau mélange de toutes nos influences graphiques.
 





 
 
 

 

Rockyrama affiche quelques noms trés apprécié des cinéphiles ? Ce sont eux qui sont venus ou vous êtes allés les chercher ?

 

C’est moi qui suis allé les chercher. Que ce soit Stéphane Moissakis, Julien Dupuy, Rafik Djoumi, Arnaud Bordas, et encore d’autres, c’est de mon fait qu’ils sont de l’aventure Rockyrama. Ceux qui lisent la presse cinéma Française savent d'où viennent ces plumes, ce qu’ils ont fait avant, et ce qu’ils ont participé à construire bien au-delà de la presse de ce pays.
 

Tous sont d’excellents journalistes qui connaissent parfaitement leur sujet. Le véritable drame c’est qu’ils ne trouvent d’espace de réflexion et d’expression sur papier quasiment uniquement dans Rockyrama (vous pouvez les retrouver sur leur site www.capturemag.com). Je ne comprends pas pourquoi d’autres revues plus « importantes » que nous ne font pas appels à eux. C’est n’importe quoi.  A ma connaissance il y a peu de Rafik Djoumi dans les pages des autres magazines. Mais bon peut-être ne répondent-ils pas aux désirs de ces fameux magazines. Et puis c’est vrai que ça va être compliqué de donner 10 pages à un rédacteur aujourd’hui pour développer une thèse sur Shining. Nous on le fait, on le peut, alors on le fait. 
 

 

On parle cinéma toujours sous un angle surprenant à l'image du 'Cannon Life' du N°1 ou encore dans le derniers numéro on parle de l'importance de Orange Mécanique chez Ziggy Stardust, c'est ça la patte de Rockyrama ?

 

C’est en tout cas une volonté. Encore une fois, essayer de proposer un angle de vue différent. Presque tous les sujets ont été abordés, c’est désormais l’angle qui fait la différence d’un magazine.



 

 

Dans le dernier numéro, Kubrick est à l'honneur, on pourrait craindre et attendre à du réchauffé et pourtant, vous réussissez à parler du cinéma de Kubrick de manière inattendu et original (y compris dans les itw où on apprend le rôle important qu'il a joué dans certains James Bond) ?

 

Il faut dire merci à Julien Dupuy qui avait cette pépite dans ses cartons. C’est certainement le papier dont je suis le plus fier de l’histoire récente de Rockyrama. Il m’a fait un beau cadeau, et pouvoir publier l’interview d’un tel monument est un réel honneur pour moi qui suis fan de Kubrick. 

 

On parle beaucoup d'une revue nostalgie pourtant il y a beaucoup d'articles sur l'actualité ? Dans le dernier numéro, on cause Fincher et Interstellar ?

 

C’est donc bien que Rockyrama ne regarde pas seulement dans le rétroviseur. David Fincher, Christopher Nolan, Michael Mann, Edgar Wright, Jeff Nichols, James Gray, et encore beaucoup d’autres réalisateurs en activité nous passionnent. Voilà une autre fierté de Rockyrama, pouvoir publier l’article sur David Fincher, une cathédrale de plusieurs pages écrite par Aurélien Noyer. Nous sommes ici au cœur même de Rockyrama.

 

Peut-on dire que Rockyrama comme d'une revue anthropologique ? On y parle aussi bien patrimoine du cinéma à travers les films mais tout ce qui a pour trait à la passion de ces films à travers des objets ordinaires. Et dans un autre coté, vous faites des ponts avec le cinéma ou l'influence du cinéma sur les artistes d'aujourd'hui à l'image de votre ITW du groupe Zombie Zombie ? 

 

Je ne sais pas… C’est en tout cas une revue sur la pop culture, et la pop culture est un continent infini. Il appartient à chacun d’aller l’explorer, le fouiller, le rencontrer, avec, ou sans nous.

 

Geek ou Pop Art ou autres choses ?

 

Un peu des deux, geek n’est pas un gros mot. On dit souvent que Guillermo Del Toro est un cinéaste geek. Nous sommes alors très fiers d’appartenir à la même école.

 

Ce qui est apprécié chez vos fans, c'est que vous évoquez les films, mais aussi la musique, les artistes designers d'affiches ou de génériques de films, garderez vous cet approche singulière ?

 

Forcément. Tout nous intéresse, enfin presque… Nous évoquons principalement le cinéma, mais nous n’oublions pas tout le reste. Et nous iront de plus en plus vers des auteurs, designers, graphistes obscurs. On se dit que si ça nous intéresse on trouvera bien quelques autres personnes qui s’y intéresseront aussi.

 

Peut on savoir l'angle du prochain numéro ?

 

Le prochain numéro fera sa couverture avec un spécialiste des gangsters et des flics américains. Chargez vos chargeurs, y aura de la monnaie à rendre…

 

Merci.





 

Bonus

Tout d'abord, un lien de leur blog / site et page Facebook de Rockyrama où les fans retrouvent facilement le ton et l'univers graphique de Johan et son équipe.

http://www.rockyrama.com/rockyrama-phase-2-26-juin-2013/

https://www.facebook.com/Rockyramacrue?fref=ts

Textes

Quelques liens où Yohan Chiaramonte présente son travail.

http://www.black-book-editions.fr/produit.php?id=191

http://www.radiocampusparis.org/2014/01/rockyrama-fait-son-cinema/

http://www.kinoscript.com/rockyrama/

http://www.kisskissbankbank.com/rockyrama-2-appetite-for-destruction

http://polygamer.com/?Rockyrama-l-interview-Nalyse

Video

Petit extrait du journal Rhône Alpes avec son rédacteur en chef Yohan Chiaramonte.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/rhone-alpes/2013/06/26/rockyrama-nouveau-titre-dans-les-kiosques-277683.html

https://www.mymajorcompany.com/the-rockyrama-videoclub-ultimate-guide

Quelques vidéos supplémentaires pour vous plonger dans l'univers de Rockyrama ! Après çà, si vous n'êtes plus accro que ça, c'est qu'on ne peut plus rien pour vous !

 
 
Musique
 


 
 
 
 
 
 
 
Posters
 



Visuel Rockyrama
 











 

 
 

 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire